Cimetière du Père Lachaise

Connecté même dans l’au-delà

Se balader dans les allées du cimetière du Père Lachaise est l’un des incontournables de Paris. Mademoiselle Lili a tout de même été surprise de faire face à l’éternité numérique.  


Impossible de me remémorer le nombre de fois où j'ai visité le plus célèbre cimetière parisien. Je me souviens y être allée dès ma première visite de Paris à la recherche des tombes de Jim Morrison, Edith Piaf et Oscar Wilde. Et j’y retourne chaque fois que des amis ou de la famille me rendent visite car le cimetière est juste à côté de chez moi. Récemment, je n’en ai pas cru mes yeux. La nouvelle génération web 2.0 a fait son entrée dans le dédale des majestueuses pierres tombales sous lesquelles reposent en paix de nombreuses personnalités depuis le XIXe siècle.  

Si l'on est attentif parmi le labyrinthe ombragé des allées et chemins, on voit ici et là des codes QR, ces petits motifs pixélisés noirs et blancs discrètement affichés sur des tombes. La tombe blanche, un peu à l’écart d'une certaine Laura Hilden a tout particulièrement retenu mon attention.

Cette sépulture m'a immédiatement fait penser à un arrêt de bus car elle était couverte et protégée du vent et du froid par des parois en verre. En ouvrant à l’aide de mon smartphone le code QR affiché, je suis tombée sur un site Internet ésotérique où l'on pouvait voir chanter la défunte. J’ai appris par la suite qu’il s'agissait d'une « sépulture énergétique de l’amour éternel ». Pour ressentir cet amour, nous étions invités à nous placer sur le cercle de symboles cabalistiques au sol et à lever les mains pour toucher le haut de la sépulture où étaient représentés des symboles astrologiques. Comme demandé, nous nous sommes mis en cercle et avons levé les bras - exactement comme dans les nouveaux portillons de sécurité des aéroports. Nous n'avons rien ressenti... Mais pour la modique somme de 495 €, nous pouvions réserver immédiatement un cours d’initiation auprès d’un guide spirituel. Qui aurait cru que même l’au-delà serait interrompu par une coupure de publicité ?  

Alors que nous nous pâmions de rire, nous avons imaginé de nouvelles idées pour profiter financièrement des tombes. Par exemple en permettant de télécharger les chansons de Jim Morrison directement depuis sa tombe ou de commander un réfrigérateur devant la sépulture de la famille Darty. En offrant aux wannabe artistes qui pullulent sur les plateaux de télévision, un tout dernier show. Ou en arrangeant un dernier selfie éternel aux accros à Instagram pour qui l’écran de téléphone est plus important que la réalité.  

Tout ça existe déjà ! Comme je l’ai appris plus tard, il est possible d'acheter en ligne pour 200 € min. un pack pour l’au-delà avec photos, vidéos et fichiers audio consultables via une plaque QR. Les narrateurs professionnels qui racontent la vie du défunt coûtent naturellement plus cher. Aux États-Unis, au Japon ou en Espagne, ce commerce est déjà florissant alors qu’au Père Lachaise, il faut encore chercher attentivement les endroits où l'on peut communiquer par smartphone avec les morts. C’est bien dommage d'ailleurs. Les tombes seraient tellement plus distrayantes !